Une matinée type de maman en congé maternité

vendredi 14 mars 2014


Devenir maman, quelle aventure ! Il y aurait mille et une façons de poser à l'écrit les journées vécues par une mère toute neuve, rien que pour une seule personne, et pour un seul et même congé maternité. Il n'existe pas de règle, et tout dépend des circonstances et du profil de cette femme et de son bébé. Prenons mon exemple de jeune maman un peu geek sur les bords, et mon bébé extrêmement demandeuse. Passez toute une matinée avec nous...


°oO Florence + The machine - You've got the love |clic♫  Oo°


 ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽   

3h "Ah tiens, elle se réveille déjà ? Elle faisait presque ses nuits depuis 4 jours..." C'est donc déjà l'heure de la première tétée de la journée. Le moment où ton corps agit par réflexe, tandis que ton esprit est encore loin d'avoir émergé. Je vais chercher dans son lit ma petite crevette qui commencerait presque à perdre patience. Instagram et Tweeter m'aident à ne pas fermer les yeux avec mon bébé dans les bras. En trente minutes, c'est plié. La voici à nouveau dans son lit. J'en fais de même, en priant pour me rendormir comme une masse. Plouf !

6h45 Il est l'heure de dire au-revoir à l'homme courageux qui se lève pour aller bosser. Une petite culpabilité m'envahit et me quitte aussitôt car je repense au succulent petit-déjeuner que je lui ai préparé hier soir dans la cuisine. Il appréciera. Je me rendors. 

7h45 La petite crevette réclame elle aussi un petit-déjeuner. Je la ramène dans mon lit pour la tétée. Belle, ma chienne (madame a son propre panier dans la chambre de ses maîtres), tourne autour du lit, elle réclame pour descendre. Petite tétée cette fois-ci, mini-princesse se rendort au bout de dix minutes. 

7h55 Je positionne ma fille au milieu du lit parental, dans sa turbulette, et descends tout doucement avec la chienne pour ne pas la réveiller (là aussi, avec l'impression d'avoir un panneau collé sur la tête disant en gros et rouge "Mère indigne !"). Il fait beau, je la laisse faire son petit tour dans le jardin (je parle du chien, hein) et me prépare un thé à la vanille pour accompagner une part du gâteau de la veille. 

8h15 Je blogue un peu. Je regarde les réseaux, ma boîte email, les comptes, les sms. Bébé se met à gémir. C'est l'heure du changement de couche !

8h20 Un de mes moments préférés. Mini-princesse paraît heureuse couchée sur sa petite table à langer, elle sourit, elle gazouille, elle accroche le regard et semble vouloir imiter mes mimiques. J'attrape mon portable et prends deux ou trois photos, que j'envoie directement à  ses grands-parents, son papa, et un Snapchat pour ma petite soeur. Si j'ai droit à un popo dès le matin, c'est le rituel, je dois faire la danse de la joie (c'est aussi ça, devenir maman, c'est être heureuse d'avoir deux fois par jour les mains dans le popo). 

8h30 Bon. Vu les régurgitations actuelles, la petite robe ce sera pour plus tard, hein. Elle va rester en pyjama encore quelques heures (panneau "Mère indigne !" activé). Je la pose sur son tapis d'éveil, et me remets derrière l'écran de l'ordinateur pour lancer une commande Chronodrive pour cet après-midi et préparer un article. 

9h30 Mini-princesse semble calme. Je prépare alors une petite to-do-list pour la journée, afin de ne rien oublier avant le retour de l'homme. 

9h35 La petite crevette réclame à nouveau. On s'intalle toutes les deux dans le canapé. Je tente de ravaler ma douleur lorsque je sens ma tendinite me rompre de plus en plus le poignet. 

10h Elle est toujours accrochée à moi et j'ai plein de choses à faire... je la retire tout doucement et constate qu'elle a arrêté de téter. Ses yeux s'ouvrent, grands et ronds comme des billes. Elle est à présent délicatement installée dans son cosy. Échec... elle se remet à hurler en l'espace de quelques secondes. 

10h20 Me voilà donc en train de ranger le linge étendu avec ma fille contre moi, dans son porte-bébé. Elle est bercée, elle est plus calme. Je prends presque du plaisir à faire le ménage, et j'enchaîne avec la vaisselle et un bref coup d'aspirateur autour de la cage du lapin. 

10h50 Une nouvelle tétée, et un dégainage de porte-bébé plus tard, elle dort enfin. Je déclipse doucement les sangles de cet appareil merveilleux, et récupère ma crevette afin de la déposer dans la nacelle. Elle est allongée... ouvre un petit oeil, puis deux, je retiens mon souffle. Elle les referme. Ouf !

11h Après avoir croisé mon reflet dans le miroir, je fais la morte suite à la sonnerie du facteur pour une livraison de colis. Je suis toujours en chemise de nuit, tâchée façon robe "Desigual", coiffée comme un poil d'aisselle de Tarzan, des yeux de panda et quelques magnifiques boutons qui restent de la grossesse souhaitent dire "bonjour". Non, j'ai honte. Il sonne à nouveau, ma chienne se lance dans des aboiements de loup-garou et ma fille se réveille. Pour la peine, j'attrape le premier manteau que je trouve, les claquettes de l'homme, enlève ce reste de queue de cheval de la veille, ouvre la porte, et je sors d'un pas décidé afin effrayer cet être sans pitié et lui faire regretter son geste. J'attrape mon colis, sourcils froncés, et réponds tout juste un petit "bonjour... oui oui, bonne journée, merci". Je rentre. J'ai encore plus honte... 

11h20 Une fois mini-princesse changée à nouveau, et rendormie à coups de tétées et de câlins, je saute dans la douche. Le moment détente de la matinée. Un petit gel douche parfumé à la fraise ou au caramel par-dessus, et j'en oublierais presque la brièveté du moment. 

11h30 Opération maquillage, coiffage, habillage. Parfois je me dis que la personne à l'origine du fameux dicton "On fait c'qu'on peut avec c'qu'on a" a dû être jeune maman un jour. Un petit coup d'oeil dans le miroir, et je découvre avec horreur que mon bidou a laissé quelques traces. Changement de tenue ! Opération camouflage ! Je sauve les meubles comme je peux avec un "bricolage physique". Parfois même, l'envie me prends de balancer le résultat sur Instagram pour dire bonjour (mais finalement, la photo prendrait vraiment tout son sens en balançant également le "avant" ah ah ah !). En vrai, je suis surtout presque fière d'être prête à 11h30. Mais le facteur est déjà passé, donc pour être honnête, ça ne sert plus à grand chose !

12h J'ai le ventre qui crie famine et le gâteau de ce matin est loin (goinfre un jour, goinfre toujours), mais il va falloir patienter car la puce est déjà en train de se réveiller. Cette fois-ci j'en profite pour d'abord la changer et la revêtir d'une jolie petite robe printanière avec legging et chaussettes mignonnes. Je prends quelques photos et envoie à la famille. Oui, encore. Ils me répondent des petits mots doux, et moi je suis la plus fière des mamans. On s'installe pour une tétée. Je lis les infos sur Internet, en entretenant ma belle scoliose. 

12h40 Elle m'a enfin lâché ("Mère indigne !" comment parles-tu de ton enfant ?), cette fois-ci je la remonte dans son petit lit à l'étage et prépare la chambre pour une sieste. Elle pleure quelques secondes, et s'endort. Un peu. De mon côté, je lance une pizza à chauffer, j'ai faim et je n'ai plus le courage de préparer quelque chose. Et puis, c'est nourrissant une pizza, j'ai besoin de forces ;) de plus, il me faut un repas qui se dévore (c'est le mot) facilement et à la vitesse de l'éclair. 

13h Je mange avec Belle sur mes genoux, et savoure la sélection Hellocoton du jour (et plus particulièrement, la rubrique cuisine, qui m'inspirera pour le dîner). J'effectue quelques recherches en rapport avec mon projet professionnel, une petite veille, réponds à de nouveaux mails, et consulte la fameuse check-list de l'après-midi. Le temps défile, je bois une tisane d'allaitement Weleda et m'ébouillante la langue à moitié, avant d'attraper ma fille pour se rendre chez l’ostéopathe. 


 ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  ▽  

Bien entendu, il m'arrive parfois d'être prête à 8h avec ma fille lorsque nous avons un rendez-vous pédiatre par exemple. Mais la majorité de mes matinées pourraient se dérouler de la sorte :). Tous les matins je caresse naïvement l'espoir d'effectuer une douce promenade ensoleillée dans un parc avec Belle et ma mini-princesse. Pourtant, les minutes défilants, je dois rapidement me rendre à l'évidence : il est assez difficile (pour ne pas dire impossible) de programmer une sortie avant 14h pour une jeune maman. Enfin, c'est ma petite expérience qui me fait dire ça ! Et je ne pense pas être la seule... 


15 commentaires:

  1. J'ai tellement hâte de vivre des moments comme ca si tu savais :-)
    Tu m'a fait rire avec tes photos du matin puis quand ta princesse est prête et toute pouponnée ! Car je reçois aussi les photos de mon neveux tous les jours comme tu fais ahahaaa :-D
    Gros bisous à ta princesse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te comprends ma belle... moi aussi quand j'étais à ta place, je ne pouvais que trouver le temps long et me languir du moment où je tiendrais ma princesse dans mes bras et passerai toutes mes journées avec elle à mes côtés. Ton tour va venir <3

      Supprimer
  2. Quelle aventure, effectivement ! C'est marrant car ma soeur à 3 enfants, et quand je lis ta journée c'est presque comme si je voyais encore ma soeur faire presque la même chose :)

    Aurély

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est du 100% vécu, effectivement ;)

      Supprimer
  3. Coucou,

    Hihi, c'est tellement mignon de lire ce genre de chose, j'adoore ! :D

    Sarah, http://sarahmodeee.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  4. je faisais pas grand chose non plus quand j'étais en congés mat, à l'âge là ils sont encore touts petits et du coup entre les dodos et les tétées, c'est dur de programmer quelque chose

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, pas simple de s'organiser ! L'organisation devient elle-même une organisation ahah :D

      Supprimer
  5. Hahaha ça rappelle tellement de souvenirs!! Profite car le temps file tellement vite... Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) contente de découvrir le blog d'une autre jeune maman de Bordeaux !

      Supprimer
  6. Tu m'as fait rire avec ton histoire de facteur, même si je ne suis pas jeune maman, avant pareil je culpabilisais de me montrer en pyjama, pas coiffée et pas maquillée et puis bon maintenant je me dis qu'ils en ont vu d'autres, et des bien pires que nous à mon avis :p Et les photos, j'en veux bien une moi aussi hihi ^^ gros bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'on n'a pas besoin d'être maman pour vivre cette mésaventure ah ah x) <3
      Pour la photo, je t'en envoie une par email :)

      Supprimer
  7. Je dois être maso, mais j'ai hâte ! ;-) Jolie photos les filles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas maso, tu es une maman dans l'âme :)

      Supprimer
  8. Le coup du facteur ! On.dirait moi sauf que g encore le gros bidou !!! Mais ne dormant pas la.nuit et que le matim... J essaye d en.profiter !! Mais.qd j entends son klaxon qui me signifie que j ai un.colis et que je descend cheveux gras.ébouriffé avec les baskets et le pull de l.homme sur pyjama et que je vois la.tête dépité du facteur grrrrrr

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un petit mot avec un lien vers votre blog, je me ferai un plaisir d'aller le visiter :-]